LE 30 MAI 2024, à 17 h, TOUS CONTRE LE METHANISEUR SUR LE ROND POINT DE TOUGAS

Alors que les océans ne cessent de monter, une usine de méthanisation doit prochainement voir le jour dans l’ancien lit de la Loire … en zone inondable  !

Il y a un peu plus d’un an (le 27 avril 2023), sur le rond-point de Tougas, quai Cormerais, notre première manifestation d’information et d’opposition au méthaniseur de Saint Herblain avait été un vrai succès. Plutôt bien accueillie par les automobilistes malgré la gêne occasionnée, celle-ci nous avait permis d’informer sur ce projet, à l’époque ignoré de tous

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et l’information commence à circuler.

  • OUI un méthaniseur doit être construit dans l’ancien lit de la Loire, en zone inondable, et à proximité de deux usines Seveso.
  • OUI la méthanisation émet 3 fois plus de gaz à effet de serre que le gaz  naturel, pour produire la même énergie.
  • OUI le méthaniseur engendrera un surcroît massif de circulation (88 passages camions/jour en période d’épandage du digestat), et des odeurs (ex : jusqu’à 13 km autour de celui d’Issé près de Châteaubriant – 44520).
  • NON le digestat (résidu de la méthanisation) n’est pas un engrais vert contrairement à ce que l’on tente de nous faire croire, il est toxique et tue les vers de terre et les abeilles, c’est pourquoi de nombreux maires s’opposent maintenant à  son épandage dans leur commune .
  • OUI nous avons lancé des recours auprès du tribunal administratif de Nantes pour demander l’annulation du permis de construire et de l’autorisation environnementale. Ils seront jugés respectivement en septembre et novembre 2024 et sont l’unique raison pour laquelle les travaux de construction ne sont pas encore commencés !!!.

Mais, en attendant la décision du tribunal administratif, nous allons essayer encore une fois de  nous faire entendre.

Nous vous invitons tous, comme l’an passé, à venir nous rejoindre pour manifester votre désaccord contre le projet d’installation de cette usine de méthanisation quai Emile Cormerais à Saint Herblain.

Venez avec vos gilets jaunes et, éventuellement, vos panneaux. Et faites passer le message autour de vous.

Pour rappelcagnotte en ligne ici – Bulletin d’adhésion ici – RIB ADRHI ici – Chèque à l’ordre et à l’adresse de l’ADRHI

 

 

CSNM, LA VIDEO QUI DIT LA VERITE SUR LA METHANISATION

C’est en fin d’année 2022 que nous avons appris le projet d’implantation d’un méthaniseur sur le quai Cormerais à Saint Herblain.

Un méthaniseur , quésaco ?? nous sommes nous alors demandés. Et c’est ainsi que débutèrent nos recherches sur le sujet qui débouchèrent, le 26 janvier 2023 – à l’occasion de notre 8e assemblée générale – par le lancement d’une première alerte.

Adhérents depuis cette époque au CSNM – Comité scientifique national méthanisation – un regroupement national de scientifiques spécialisés dans la méthanisation, nous en avons en effet découvert des choses depuis cette époque :

  • que le biogaz (tout comme le porteur de projet, la société Biométhane des bords de Loire), n’a de bio que le nom ;
  • que les méthaniseurs génèrent immanquablement :
    • des nuisances locales (odeurs et embouteillages… )
    • ont un impact négatif sur le sol et la biodiversité (disparition en particulier des vers de terre et des abeilles) ;
    • polluent la nappe phréatique (infiltrations du digestat dans le sous sol) sans parler de la proximité de la Loire pour celui de Saint Herblain) ;
  • et cerise sur le gâteau, il est notoire que la méthanisation émet 3 fois plus de gaz à effet de serre que le gaz  naturel, pour produire la même énergie.

Dans sa vidéo, le CSNM commente les arguments repris ci-dessus, explique quelques contre-vérités, et demande « la mise en place d’un débat avec les différents acteurs de la méthanisation avant que les erreurs initiales ne conduisent à un désastre industriel et environnemental ».

Mais en ce qui nous concerne, si débat il y a un jour, il est à craindre que celui-ci n’intervienne trop tard pour le méthaniseur de Saint-Herblain qui devrait déjà être en cours de construction n’eussent été les recours judiciaires lancés par notre association auprès du tribunal administratif de Nantes contre le permis de construire et l’autorisation environnementale délivrés par la préfecture.

Alors ne lâchons rien et avec votre aide, tentons encore une fois de nous faire entendre.

NOTEZ BIEN : MANIFESTATION D’INFORMATION LE 30 MAI 2024, à 17 h, quai Emile Cormerais – A SAINT-HERBLAIN (sur le rond-point de Tougas)

Pour rappelcagnotte en ligne ici – Bulletin d’adhésion ici – RIB ADRHI ici – Chèque à l’ordre et à l’adresse de l’ADRHI

 

Méthaniseur. 88 passages/jour au lieu des 34 passages/jour annoncés ! C’est l’inflation des camions

Il y a un an (le 1er mars 2023), suite à la présentation aux Indrais du méthaniseur par Engie Bioz, porteur du projet, voici ce que nous écrivions sur ce site :

« Quant aux passages des camions qui alimenteront l’usine, on nous a parlé de 17 camions par jour, ce qui fera tout de même « 34 passages/jour », qui quitteront le site par la route du Plessis Bouchet et la D 107, la fameuse route des sables. Mais ils ne devraient pas être gênants, paraît-il, car noyés dans la masse de la circulation actuelle, et puis « seulement trois devraient être présents ensemble dans l’usine »… « 

Un an plus tard, c’est l’inflation, l’estimation des 17 camions/jour ayant plus que doublé : « En période d’épandage du digestat (mars/avril et août/septembre), le trafic des poids lourds (sera…) de 44 camions au maximum/jour sur l’axe RD 107″ lit-on en effet dans une lettre adressée le 10 janvier 2024 par le préfet de Loire-Atlantique à notre maire, Anthony Berthelot.

Ce qui fait tout de même 88 passages/jour (en période d’épandage), bien loin de 34 passages/jour annoncés lors de la présentation du projet.

Un constat qui n’a pas manqué de faire réagir A. Berthelot lui-même ; le 14 mars 2024, il écrit ainsi au préfet  : « Les chiffres communiqués par l’exploitant semblent avoir évolués depuis leur présentation en réunion publique. Je souhaite qu’un état prévisionnel précis me soit transmis ». Depuis, pas de réponse…

Car il y a bien de quoi s’inquiéter, d’autant que la dégradation des routes (la fameuse route des sables résistera-t-elle à ce trafic ?), la pollution, le bruit et les odeurs iront de pair avec cette circulation.

C’est pour tenter d’éviter tout cela que nous devons continuer à nous battre. Mais ce n’est pas si simple, d’autant que le président du tribunal administratif de Nantes, Antoine Durup de Baleine, interviewé par le journal Ouest France le 2 mai 2024 (lien ici) a été très clair : « Oui nous avons un pouvoir de vie et de mort sur les projets, mais, dans les faits les annulations « sèches  » sans possibilité de régularisation ou de revoir un projet pour le rendre économiquement acceptable, demeurent rares ».

Nous, on veut pourtant y croire, tout comme notre avocat, Me Fotso, qui présentera prochainement ses conclusions en réponse à la partie adverse.

Et pour bien nous faire entendre, nous prévoyons même une nouvelle  manifestation avec tractage le 30 mai 2024, à 17 h, sur le rond-point de Tougas. Notez le rendez-vous dans vos agendas et soyez tous présents … L’union fait la force.

Pour rappel 

cagnotte en ligne ici – Bulletin d’adhésion ici – RIB ADRHI ici – Chèque à l’ordre et à l’adresse de l’ADRHI

 

 

ALERTE !!! Un second méthaniseur est bien prévu quai Cormerais à St Herblain

Il y a deux mois, le 8 février, nous faisions état sur ce même site d’un diaporama de la mairie de Saint Herblain faisant ressortir la présence d’un deuxième méthaniseur quai Cormerais, juste à côté de celui contre lequel nous nous battons actuellement.

D’où sortait ce deuxième méthaniseur ? Mystère, personne à la mairie de Saint Herblain n’était capable de (ou ne souhaitait …) nous en dire plus. Alors, comme de bien entendu, nous avons cherché … et trouvé.

« Ce second méthaniseur  situé à moins de 500 mètres du précédent correspond à la zone identifiée par Nantes métropole sur la station d’épuration du quai Cormerais, à l’instar de celui installé à la prairie de Mauves, pour méthaniser les boues d’épuration » indique une personne bien informée. Qui précise, par ailleurs, que, appartenant à Nantes métropole, ce terrain …« a été identifié pour permettre l’implantation d’un méthaniseur pour les boues d’épuration afin de limiter le déplacement des camions et optimiser ces boues avant épandage, pour que le méthane puisse être réinjecté dans le réseau » 

Ainsi donc, il y a bien un second méthaniseur de prévu à côté du projet actuel. Et si, pour le moment, il n’y a pas de projet (paraît-il !), ce n’est que partie remise !!! Voilà donc qui est clair !

Si nous perdons le procès en cours, un premier méthaniseur sera donc construit quai Cormerais, qui se trouvera inondé à l’occasion des prochaines crues de la Loire. Et celui-ci sera suivi, à plus ou moins brève échéance, du méthaniseur des boues évoqué plus haut.

Alors que la métropole se lance dans de grands projets de Loire à vélo, ces deux méthaniseurs seront-ils vraiment compatibles avec le passage des pistes cyclables quai Cormerais ??? Ne serait-il pas temps de faire machine arrière sur ce type d’implantation, à cet endroit ??? 

Si vous êtes de cet avis, rejoignez-nous et battez-vous avec nous.

Pour rappel : 

cagnotte en ligne ici – Bulletin d’adhésion ici – RIB ADRHI ici – Chèque à l’ordre et à l’adresse de l’ADRHI

 

 

CRUE DE LA LOIRE, LE METHANISEUR DE SAINT HERBLAIN SERAIT INONDE

On l’apprend sur le site Vigie crue de Nantes (Vigie crue ici)« le niveau de la Loire relevé ce mardi 9 avril à 7:00 à Nantes était de 7.54 mètres côte marine qui correspond à 4.55 mètres NGF. Une situation plutôt inquiétante selon Vigie crue qui précise encore que  » le cours d’eau Loire est toujours en vigilance jaune à Nantes » le fleuve ayant déjà débordé hier en soirée à Nantes et le long de ses rives, comme à Couëron ou à  Indre, la faute aux forts coefficients de marée de ces derniers jours, qui seront de 112 et 113 aujourd’hui 9 avril.

Que serait-il donc advenu au niveau du méthaniseur que la Métropole et Engie entendent construire en zone inondable, la moitié du terrain étant classé en aléa fort, à seulement 120 mètres de la Loire ?

Pierre Marin, notre spécialiste de la maquette numérique, s’est penché sur la question et, en tenant compte des schémas techniques du méthaniseur, des hauteurs de cette grande marée et du fait que le terrain actuel devra être décaissé de 74 cm en moyenne pour la construction, a élaboré la maquette ci-dessous.

On voit clairement, sur ce schéma, que si méthaniseur il y avait, celui-ci serait actuellement les pieds dans l’eau avec toutes les conséquences que cela comporte comme fuite possible de produits toxiques dans l’étier qui longe l’usine à l’arrière, un étier fort opportunément rebaptisé « fossé » par les bons soins d’Engie, mais qui continue à ressentir les effets de la marée ainsi que nous l’avons constaté une nouvelle fois ce matin.

Alors, est-il bien judicieux de prendre de tels risques alors que l’on est certain maintenant du réchauffement climatique qui entrainera inexorablement une montée des eaux ? 

L’opposition des habitants à la construction de ce méthaniseur à cet emplacement a pourtant été révélée lors de l’enquête publique l’an passé, mais il n’en a été tenu aucun compte. Espérons que la justice, saisie cette fois, ne fera pas de même.

Pour rappel

cagnotte en ligne ici – Bulletin d’adhésion ici – RIB ADRHI ici – chèque à l’ordre et à l’adresse de l’ADRHI

 

 

 

Disparition de la maison bleue de la rue Mocquard

La maison bleue rue Mocquard, qui fut pendant un certain temps l’ancien café solidaire baptisé « Le 7 », vit ses derniers jours. L’aboutissement d’un projet de bétonnage massif prévu en 2012 et qui prévoyait « 150 logements » à construire à l’est de Haute Indre, « un programme dense le long des voies, avec des petits ensembles à un étage à l’intérieur » comme nous l’écrivions à l’époque.

Ce fut le premier combat phare de notre association, avant le méthaniseur. Il faut en effet se rappeler que c’est contre ce projet et de cette époque que date la création de notre association, le souhait de tous étant alors de sauvegarder « l’esprit village » de notre commune. 12 ans de combats plus tard, en voici l’épilogue avec la construction, par le CIF, des « Hautes Rives » dont les travaux ont démarré il y a quelques jours. « Deux grues devraient arriver sur le chantier vers mi avril pour environ 8 mois » indique le Cif, « les travaux devant durer eux-mêmes 22 mois ».

Plutôt satisfaits par la construction de seulement 26 logements en lieu et place des 150 prévus à l’origine, nous refermons donc pour le moment le dossier urbanisme.

Mais le combat contre le méthaniseur de Saint Herblain se poursuit et là, nous ne lâcherons rien. Avec votre aide et celle de notre avocat …

Pour rappel :

cagnotte en ligne ici – Bulletin d’adhésion ici – RIB ADRHI ici – chèque à l’ordre et à l’adresse de l’ADRHI

 

750 signatures et d’intéressants commentaires sur la pétition internet

Lancée en début d’année 2023, notre pétition en ligne contre le méthaniseur de Saint Herblain a récolté jusqu’à maintenant 750 signatures (hors pétition papier), a été vue 7272 fois et partagée 575 fois (lien ici)

« Je ne suis pas contre le principe des méthaniseurs mais je m’interroge sur l’implantation d’une infrastructure connue pour pourrir la vie des riverains » y explique un signataire qui développe ensuite les arguments techniques ci-dessous …

Et de conclure finalement :

« On va pourrir la vie de milliers de personnes (odeurs, bouchons, risques d’explosion), dégrader fortement les routes, entraver la piste cyclable Loire à vélo, pour un résultat qui n’en vaut même pas le coup énergiquement ».

Hé oui ! Alors, aidez-nous dans notre combat contre ce méthaniseur ! Merci.

cagnotte en ligne ici – Bulletin d’adhésion ici – RIB ADRHI ici – chèque à l’ordre et à l’adresse de l’ADRHI

 

L’ADRHI au vide grenier de l’amicale le 17 mars

L’équipe de l’ADRHI sera présente sur un stand dimanche prochain 17 mars au vide grenier de l’amicale laïque de Haute Indre.

L’occasion pour nous de rencontrer celles et ceux opposés à la construction du méthaniseur de Saint Herblain, Quai Cormerais. L’occasion pour vous de chiner quelques bonnes affaires, ici et là, au hasard des allées. 

Si vous soutenez notre combat, n’hésitez-pas à venir nous voir pour acheter, les bénéfices obtenus sur le stand de  l’ADHRI étant destinés intégralement au règlement des frais et honoraires de notre  avocat. Vous pouvez aussi nous apporter vos objets à vendre.

Dimanche 17 mars, de 8 h30 à 17 h 30, salle des sports, 17 rue J.B. Rabillard à Haute Indre – Entrée libre 

 

 

Ancienne déchetterie de Tougas : attention danger !

Saviez-vous que sous l’actuelle colline verdoyante de Tougas se trouvent toujours 5 millions de tonnes des déchets de l’agglomération nantaise, soit l’équivalent de 10 tours Bretagne ? « Réhabilité en espace vert » (!) en 2005 par l ‘ajout d’une simple couche de terre végétale d’environ 50 centimètres sur l’ensemble du site, l’endroit était sous surveillance jusqu’en 2022″, nous apprend une étude réalisée en juin 2022 par le studio de projet Grands sentiers de l’ENSA (Ecole nationale supérieure d’architecture) de Nantes. (Intégralité de l’étude ici)

Et cette étude fait froid dans le dos quand on lit  que « la production de lixiviats s’est intensifiée. Liquide résiduel qui provient de la percolation de l’eau à travers un matériau dont une fraction peut être soluble, les lixiviats sont hautement pollués par des produits médicamenteux, des lessives, des métaux lourds, de l’ammoniaque, de l’amiante« .

D’autant plus inquiétant que l’on y apprend par ailleurs  que « les drains périphériques qui isolent l’ancienne décharge des eaux du territoire sont victimes, depuis 2003, d’éboulements et de ruptures régulières à cause du manque d’entretien. D’après le service de gestion des risques de Nantes Métropole, la couche d’étanchéité est sur le point de rompre définitivement d’ici à 2025 ».

Que se passera-t-il alors ? 

En promenade dans ce secteur en janvier 2024, voici ce que nous y avons filmé. Qui oserait assurer que cette mousse, qui s’écoule visiblement dans un étier, n’est pas toxique ? 

Pour rappelcagnotte en ligne ici – Bulletin d’adhésion ici – RIB ADRHI ici – chèque à l’ordre et à l’adresse de l’ADRHI

 

La méthanisation : pas si vertueuse !

Si vous tendez bien l’oreille, on commence à l’entendre dire un peu partout : la méthanisation n’est pas aussi vertueuse qu’on le prétend. 

Ce jeudi 15 février, F2 diffusait un reportage à ce sujet qui vous explique le principe de la méthanisation … et ses risques. Il reprend ce que nous disons et ce que nous craignons…Avec des commentaires ajoutés en surimpression par SOS Segala Nature, regardez-bien, il est temps d’en tirer les conséquences.  (lien ici)

Pour rappel :  cagnotte en ligne ici – Bulletin d’adhésion ici – RIB ADRHI ici – Chèque à l’ordre et à l’adresse de l’ADRHI